Forum rpg basé sur le manga Katekyo Hitman Reborn
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Court petite souris... [Pv]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Court petite souris... [Pv]   Ven 5 Déc - 22:12

Un bruit bien distinct sur les trottoirs de la ville. Ce bruit régulier n’est autre que les pas de June mêler à un souffle qui devient de plus en plus court. Le sien, sa respiration devient de plus en plus difficile. Chaque inspiration lui brûle les poumons. Tout avait pourtant bien commencé mais il avait fallu qu’ils viennent. Eux, c’était les hommes de mains d’une famille mafieuse sûrement. Qui cela pouvait il être d’autre? Et alors que June passait un agréable début de journée, la voila qui pique un sprint dans les ruelles de Namimori. Les cheveux tout décoiffer, son uniforme du collège en piteuse état, le noeud si joliment nouer pendant sur ses épaules... Et puis, elle avait mal. Idiote, elle avait baissé sa garde deux secondes. Le temps d’un clignement de cil et paf... L’une de ses armoires a glace lui avait taillader le flan gauche. C’était l’un des raison pour laquelle, June n’arrivait pas courir normalement la douleur n’était pas insoutenable mais bon, a force cela la gênait plus qu’autre chose. Une main poser sur sa blessure, la jeune femme se mit à soupirer. Elle saignait... Sa main était toute mouillée et il ne fallait pas être devin pour savoir que l’entaille devait être profonde. Pas de bol... Enfin en même temps, June est tellement habituée à devoir jouer les souris qu’elle n’en a plus peur du chat. Mais bon, deux trois ça peut encore allez, mais la il était dix. Armer jusqu’au dents et tous a sa poursuite. Parrain des Guardia, çà lui faisait une belle jambe en y repensant. Mais elle n’en perdait pas son air candide et ses sourires hors sujet pour autant. Elle n’arrivait pas à le semer... C’était plutôt énervant, June pouvait sentir presque leurs souffles dans sa nuque. Et un bref et court instant, la sensation de se faire attraper lui fit froid dans le dos. Et puis, une voix d’homme qui lui sommait de s’arrêter. Mais oui bien sur et depuis quand elle obéissait aux ordres? Déjà qu’elle n’applique pas ses propres règles, c’était pas pour plier a celles des autres. Surtout quand ces autres étaient des hommes de main de la mafia.

« M’arrêter? Tu rêves en couleur mon grand... Mais si tu arrives a ne fusse qu'à me toucher les cheveux, je suis prête a te couper la main en guise de récompense... »

La jeune femme tourna légèrement la tête pour ponctuer sa phrase d’un merveilleux clin d’oeil pour énerver d’avantage ses poursuivants. C’était son petit jeu favori, faire enrager son monde juste pas plaisir. C’était un jeu qui n’était pas méchant mais qui avait l’art et la manière de déstabiliser les êtres les plus orgueilleux... Effet garantit. June perçu au loin, une sorte de grondement ce qui la fit rire à pleine gorge mais très vite son sourire se transforma en grimace. La douleur se faisait de plus en plus forte, n‘étant pas spécialement douillette, June savait que cette blessure devait être profonde. Bah, le moment était peut être venu d’arrêter de courir comme un lapin et d‘affronter la réalité des faits. June stoppa net sa course, ce qui surprit quelque peu ses agresseurs. Au début, elle avait encore et toujours son sourire sur le bord des lèvres mais très vite, il envola comme neige au soleil. Et à la place, la jeune femme avait un regard noir et une expression de colère sur le visage. June est depuis toujours aussi changeante que le vent. A la fois douce et calme, mais aussi tempétueuse et froide... Non mais, il ne fallait pas la prendre pour un fille niaise non plus. Et puis, un parrain ne fuit pas. Il affronte le danger, jusqu’au bout... La jeune femme se mit a ricaner.

« Puis, je vous aider? De quoi avez vous besoin? D’information ou d’un bon coup de pied ou je pense? A vous de choisir... Mais je vous préviens, le coup de pieds et gratuit, les info’s pas... »

Encore une petite phrase lancer sur un ton beaucoup moins jovial que le premier. Dans sa seule main libre pour le moment, car l’autre était toujours plaquée sur ses cotes, June tenait un Saï. Prête a se battre même si c’était peut être perdu d’avance. Mais perdre en courant franchement c’était minable, mieux valait se battre jusqu’au bout... Mais June n’avait pas pensé à une chose, le fait qu’elle avait perdu du sang, course poursuite et quand manque de sommeil chronique oblige, très vite sa vision devint floue... Pire, Les jambes de la jeune femme les lâchèrent et elle se mit a tituber. Sa seule option, poser sa main contre un mur... Non pas contre un mur, contre le torse d’une de ses armoires a glace. Bien sur, il n’allait pas laisser une occasion de gagner la partie. Ordure... Si seulement June avait regardé autour d’elle, elle aurait remarqué qu’elle ne se trouvait pas dans un endroit calme et vide mais près du centre commercial. Elle aurait pu appeler à l’aide, l’idée lui traversa l’esprit mais elle fut prit de cours. Une main vint s’abattre sur sa gorge. Plus d’air, plus de son... Incroyable, elle n’avait vraiment pas pensé que cette journée allait terminer de cette façon. Pourtant dans son regard pas une once de larme, juste des yeux noisette qui fixait son agresseur avec un rage non contenue. Il devait bien y avoir quelque passant non? Mais bon qui viendrait à son aide alors que ces hommes devaient avoir l’air de monstres. C’était peut être peine perdue. June posa ses mains sur celle de son agresseur en tentant de lui faire lâcher prise, mais rien a faire. La poigne était trop forte pour elle déjà diminuer par sa blessure, sa fatigue, sa course...
Revenir en haut Aller en bas
Hayato Gokudera
Vongola | Storm Guardian
avatar

Messages : 379
Date d'inscription : 15/11/2008
Age : 27
Localisation : Avec Juudaime ! >_<

Feuille de personnage
Age du perso: 15 ans
Humeur: Kil those chicks
Relation:

MessageSujet: Re: Court petite souris... [Pv]   Sam 6 Déc - 5:40

    L’italien aux cheveux couleur cendre se promenait dans les rues de la ville avec sur le visage une expression mêlant niaiserie et joie innocente, ainsi que quelques signes d’une détermination diabolique et indomptable. Il faisait beau, l’air était frais et agréable à respirer, il glissait dans ses narines comme un élixir purifiant et revigorant.
    Le vent glissait entre les mèches de sa chevelure rebelle et soyeuse, les agitant légèrement, au rythme de ses pas décidés. C’était à peine s’il faisait attention à ce qui l’entourait, parce qu’au fond, il s’en fichait profondément : la seule chose qui comptait à cet instant et en ce jour, c’était que le dixième du nom se trouvait à ses côtés, et ce sans aucun autre débile déglingué de l’entourage de Reborn.

    La liberté absolue, et seul avec le Dixième.
    C’était lui le bras droit, après tout, et selon l’italien explosif, il n’y avait pas vraiment besoin d’autres gens autour d’eux. Lui et le Juudaime. Une équipe géniale, imbattable, un duo de choc, le parrain et le bras droit de la plus grande famille d’Italie. Ses yeux brillaient de joie à la simple vision fantasmagorique de Tsunayoshi en costume de mafieux empli de classe et de mystère et lui à côté de lui, avec une classe tout aussi surprenante, en train de combattre côte à côte. Quel spectacle grandiose, tous les plus grands du monde de la mafia en resteraient stupéfaits et s’inclineraient devant leur puissance invincible, et tous seraient obligés de plier devant la grandeur du dixième du nom et de son acolyte. C’était tellement émouvant que l’adolescent à la cigarette pendue aux lèvres en pleurait presque d’émotion, les yeux fermés et le poing serré devant lui, rêvassant toujours. Quand la vision agréable qui lui remplissait le ventre d’un sentiment de fierté fut parasitée par les têtes des autres membres de la famille qui venaient s’incruster dans son parfait tableau de classe, il effaça les images mentales en grommelant, tentant de revenir à son rêve initial.
    Certes, tout le monde (ou presque) savait que l’adolescent avait une forte tendance au solo délire et que le petit garçon aux cheveux châtains qui devait succéder au 9eme parrain de la famille Vongola, qui se trouvait près de lui ce jour-là, n’avait pas forcément les mêmes ambitions [ pas du tout peut-être, pourrait-on dire ? ]. Il suffisait de voir l’expression de Tsuna quand il était dans les parages de Reborn ou des autres personnages loufoques venus d’Italie pour comprendre que soit il avait une façon fort louche d’exprimer sa joie et sa détermination à devenir parrain (visages effarés et airs absolument traumatisés à l’appui…), soit qu’au contraire c’était vraiment la dernière de ses priorités ; l’attitude un peu trop passionnée du Smokin’ Bomb avait plus tendance à lui faire peur qu’autre chose…C’était évident pour tout le monde, sauf pour la bombe ambulante en question. Lui croyait pertinemment que Sawada était fier de lui. Il était plus probable qu’il le trouve complètement cinglé… Mais passons sur ces petits détails faisant la vie de Gokudera. Son sourire ne s’effaçait pas. Tranquille avec le Juudaime. Pouvait-on rêver mieux ?

    Revenons-en à la petite balade au centre commercial, voulez-vous ?
    Hayato qui marchait près de Tsuna n’avait pas daigné fermer la bouche depuis le moment même où ils étaient partis de la maison du Juudaime, après que le fumeur argenté soit venu sonner à sa porte pour lui proposer avec toute la fougue de la jeunesse et de l’Italie de l’accompagner acheter des nouveaux vêtements. Pourquoi un prétexte aussi pourri allez-vous me demander ? Et bien, pas la moindre idée ! Il est assez difficile d’entrer totalement dans la tête de Gokudera et de comprendre toutes les idées passablement saugrenues qui lui viennent à l’esprit durant les moments où il réfléchit. A moins que ce genre de propositions ne fasse partie de tous ces actes impétueux avant lesquels il n’a pas réfléchi la moindre seconde ? Les actions de l’italien avaient ce côté incompréhensible qui faisait soit son charme, soit qui traduisait toute l’étendue de la stupidité dont il pouvait parfois faire preuve sans vraiment s’en rendre compte. Tout ce qu’il voulait c’était faire au mieux pour son parrain, après tout.
    Bref, il continuait, depuis plus d’une demi-heure, de bassiner ledit parrain de paroles, qu’il lâchait aux quatre vents, sa voix résonnant de cette bonne humeur naïve qu’il n’arborait que quand il discutait avec Tsuna, et il parlait de tout et de rien, de la Vongola, de son rôle, et de millions de détails sans le moindre intérêt réel. Comment il faisait pour parler autant ? Mystère. Mais le plus mystérieux était de savoir pourquoi Tsuna avait accepté de l’accompagner. Ce n’était quand même pas parce que Hayato avait insisté pendant dix minutes, avant d’essayer de le traîner dehors par la force… Non, bien sûr. : D

    Gokudera : « Non parce que c’est vrai, je suis bien mieux placé que lui pour faire ce genre de choses, il a beau être assez doué je l’avoue, enfin même s’il est doué ça ne change rien du tout, ça reste un décérébré ! Je disais, donc, même s’il est doué qu’est-ce que ça change ? Ca ne suffit pas. Il faut aussi réfléchir parfois, n’est-ce pas ?! Mais vous avez bien vu, lui il sait pas faire, vous avez remarqué ? Tout dans les muscles rien dans la tête. Heureusement que je suis là. Oh regardez Juudaime, des marrons glacés, vous en voulez ? Non ? Moi non plus ! Mais je dévie, je disais donc…»

    Alors qu’ils marchaient tranquillement vers les magasins, ils traversèrent sans que Gokudera ne fasse vraiment attention une rue un peu moins bondée que les autres, et alors que l’italien allait entamer une énième tirade sur un énième sujet, ils virent passer devant eux une jeune fille qui courrait comme si sa vie en dépendait, laissant coi l’adolescent quelques instants. Il battit des cils une seconde, puis se retourna, curieux, vers l’endroit où courrait la demoiselle, avant d’être à demi bousculé par d’énormes types en costume qui semblaient poursuivre cette dernière, l’air menaçant ; Hayato, disons le clairement, n’était pas ce que l’on pouvait appeler un gentleman. La fille avait l’air d’être blessée, mais il ne s’était pas précipité à sa rescousse. Ca ne le regardait pas. Il fumait tranquillement, arquant un sourcil.

    Gokudera : « … Ah tiens, ils viennent de la frapper au cou…Ah, elle tombe à moitié dans les pommes. Vous avez vu ça, Juudaime ? »

    N’importe qui de normal aurait passé son chemin, des remords sur la conscience.
    N’importe quel homme capable de se battre aurait été la sauver coûte que coûte.
    N’importe quel Gokudera se contentait d’observer, d’un air désintéressé, les mains dans les poches.

_________________
Bras Droit du Juudaime

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfiction.net/u/965492/Kaori-same
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Court petite souris... [Pv]   Dim 7 Déc - 0:33

Une belle journée s'annonçait pour le Juudaime qui enfin pouvais sortir s'en ce soucier de l'école ou de la Mafia, c'était une journée parfaitement normal il faisait beau, et Reborn avais demandé a Tsuna d'aller s'acheter des vêtements qui font un peu plus " Parrain" au début sa n'intéressait carrément pas Tsuna qui avais répété a Reborn qu'il ne voulais pas être le Juudaime Vongola et que si il avais combattu jusqu'ici c'était parce que ces amis c'était retrouvé en danger, mais Reborn s'en foutais complètement et il réussi a le convaincre d'aller au centre-commercial en lui promettant de ne pas lui faire subir d'entraînement durant 2 jours si il allais s'acheter ses vêtements. finalement sa arranger Tsuna qui accepta d'aller au centre-commercial. Ainsi le Juudaime parti accompagné de Gokudera au centre-commercial pour se prendre ces fichus vêtements. En route Tsuna discuta avec Gokudera de tous et de rien, le Gardien de la tempête inventé tous plein de raisons qui font que c'était lui qui étais le mieux placé pour être son bras-droit, mais Tsuna lui s'en fichais un peu tous ce qu'il voulais lui c'était d'être tranquille avec ses amis et c'était le plus important.

Après 1h30 de Shopping les deux amis marchèrent en direction d'un marchand de barbe a papa car c'était bien beau de faire du lèche vitrine pendant toutes la journée mais il fallait également savoir se nourrir un peu. Soudain surgit une jeune fille qui avais l'air fatigué, elle se tenais le bras et transpirait de partout, quelques secondes après ils y avais plusieurs homme tous vêtu de smoking noir et de lunette de soleil. l'un d'entre eux bloqua la jeune fille contre un mur et la menaça, Tsuna se mit a paniquer il ne savais plus quoi faire il regarda autour de lui pour voir si il y avais des gardes pour aider la jeune fille, mais aucune personne n'était en mesure d'aider cette pauvre jeune fille.

*Olala il faut l'aider ! ....mais ils sont armé jusqu'au dents.....pourquoi Reborn n'est jamais la lorsqu'on as besoin de lui...*


Le jeune Vongola réfléchissait a un moyen de sauver la jeune fille....après mure réflexion il n'y avais qu'un seul moyen, Tsuna sorti une boite il l'ouvrit avec le pouce et avala une pilule de dernière volonté ensuite il se retourna vers Gokudera et lui dit

"Go....Gokudera-kun il faut faire quelques chose pour cette fille ! "

Tsuna allais rentrer dans le tas lorsque tous a coup il se figea sur place ne sachant que faire.....Reborn l'avais pourtant entraîné durant deux mois et Tsuna était toujours aussi peureux.....il avais combattu l'élite des Vongola mais il n'était pas capable de sauver une pauvre fille en détresse....lui le futur Juudaime.....tu rigole...Tsuna regarda Gokudera qui était prêt a passer a l'action, le jeune Vongola se dit qu'il n'arriverais jamais a protéger ses amis si il ne pouvais s'occuper que de simple homme qui s'attaque a une jeune fille, Tsuna prit son courage a deux mains et il fonça sur l'homme qui tenais la jeune fille contre le mur et lui asséna un violent coup de poing au ventre suivi d'un coup de pied dans la tête qui le fit volé contre la barrière de protection de l'étage ensuite Tsuna serra le poing et regarda les autres homme d'un regard menaçant est glacial. Le jeune Vongola ne pensait a rien a ce moment-la seulement a s'occuper de ses pathétique homme qui se mettent a 30 sur une seule petite fille....

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Court petite souris... [Pv]   Dim 7 Déc - 1:55

Il n’y avait rien à ajouter, si ce n’était une seule chose... Vu comment les évènements s’enchaînaient, June était en mauvaise posture, en très mauvaise posture d’ailleurs. Cette main, cette poigne sur sa délicate gorge ne faisait que se refermer encore et encore sur sa nuque. Mais qu’allait il se passer? L’idée de se faire capturer pour finir dans une quelconque cellule perdue dieu sait ou, c’était le pire a ses yeux. Perdre sa liberté... Ou alors ces hommes avaient ils décider de la supprimer purement et simplement? Qu’importe dans le fond puisque d’un manière ou d’une autre, ce n’était pas plus glorieux. Et pourtant, elle souriait encore et toujours. Cet air candide semblait ne pas vouloir s’en allez. Comme si elle ne connaissait pas la peur? Non, ce n’était pas çà. Mais ayant eut une enfance particulière, la haine, la violence, elle connaît. Sur ces points, ils n’ont rien à lui apprendre. Mais jamais, au grand jamais, June ne voulait devenir comme eux. Voila pourquoi elle mettait un point d’honneur à jouer les fillettes écervelée et niaise a souhait. Juste pour ne pas perdre son âme d’enfant. Même si, il fallait bien le dire avec June ce trait de son caractère et comment dire, bien trop prononcer. Limite énervant... Enfin, même si il n’y avait absolument pas matière a rire. La jeune femme prenait un malin plaisir à se foutre littéralement de la tronche de ses agresseurs. Qui a dit que sous ses airs de petite fleur bleue se cachait un ange? Si elle n’avait pas été blessée, elle aurait très bien pu leurs faire manger leurs costume ridicule avec des baguettes. Mais bon, June n’est pas a proprement dit une personne violente. Elle sait se battre c’est tout. A ses yeux, la violence est certes une alternative mais pas vraiment une solution en soit. Ce précepte, elle essaye de l’appliquer à la Guardia. Et puis neutralité oblige, elle n’a pas vraiment le choix. Oui mais neutralité ou pas, si sa vie est en danger. N’a telle pas le droit de se défendre... June se mit a sourire intérieurement un court instant. Elle commençait vraiment à manquer d’air. Était ce les derniers instant du boss de la Guardia? Si tels était le cas, il n’y avait ni flash, ni film de sa vie qui défilait devant ses yeux sa seule pensée a ce moment fut celle ci : « J’aurais voulu aller dans cette nouvelle pâtisserie qui a ouvert dans le centre ville, c’est dommage... ». C’était tout elle dans le fond. Son père le lui avait souvent reprocher son manque de discernement, son manque de maturité, son manque de tout...

Il devait y avoir une bien étrange lueur dans son regard, entre dédain et amusement. Un parrain ne montre jamais sa peur, ne faiblit jamais, ne fait jamais plaisir a ses ennemis. Et là, elle appliquait ces quelques règles a merveille. Dans l’impossibilité d’appeler a l’aide, que pouvait elle faire d’autre? Pas grand chose... Mais ce n’était pas juste... Pourquoi elle? Pourquoi lui en vouloir alors qu’elle n’a rien demander a personne, qu’elle ne demande qu’a avoir une vie normale, qu’elle veut juste être elle. Était ce si compliquer mais au final, elle était June... Celle qui doit diriger une famille, un parrain parmi tans d’autre, un membre de la mafia. Bah c’était une vie comme une autre certes, mais bon la jeune femme n’arrive pas a s’enlever de la tête que si elle n’était pas née dans ce milieu et bien sa vie serait différente. Mais bon avec de si, on ne va pas loin. Et puis penser ainsi, c’était un peu renier sa famille, sa mère. Et çà elle ne le pouvait pas. Tout est si compliquer, mais on s’y habitue tout simplement. La main qu’elle avait poser sur celle de ce molosse glissa soudainement. Est ce qu’elle jetait l’éponge? Non, c’était juste qu’elle n’avait plus de force, plus d’air, plus rien... Mais toujours ce sourire sur le coin de ses lèvres. Elle n’arrivait pas a baisser son regard donc, June ne pouvait voir que le brouhaha qu’elle causait commençait a ameuter du monde...

Soudain, un jeune homme fonça sur son agresseur... Ce dernier lâcha prise et June tomba comme une masse sur le sol. Les mains a terre, la jeune femme commença à tousser, tout en essayant de reprendre une respiration plus ou moins normale. Instinctivement, June plaqua l’un de ses mains sur sa gorge. Contact douloureux mais ce n’était pas encore trop grave... Quelques secondes de plus et... Elle secoua doucement sa tête, non il ne fallait pas penser à çà. Le pire n’était pas arriver alors... Oui mais il n’y avait pas que les blessures externe qui la gênait. Sa fierté en avait prit un sacré coup. June leva les yeux et remarqua deux jeunes hommes près d’elle. Ce qui lui fit écarquillé les yeux sous l’effet de la surprise. Car elle n’avait pas penser un seul instant que quelqu’un lui vienne en aide. Alors deux, c’était pratiquement inimaginable. Oubliant un instant que les mafieux étaient toujours là et qu’apparemment, il n’en démarrait pas de leur mission. C’est a dire elle.

« Qui êtes vous? Fichez le camp... Cela ne vous regarde pas, vous allez vous blessez... »

Puis la jeune femme fut prise d’une violente quinte de toux. Se recroquevillant sur elle même, elle ne pu s’exprimer d’avantage. Avait elle au moins bien regarder qui elle avait en face d’elle? Si tels avait été le cas, elle aurait remarquer qu’en face d’elle se trouvait le futur parrain de la Vongola... De linges, et des pages qu’elle avaient lu sur lui, des centaines de photos... La Guardia est spécialisé en information en tout genre. Et puis, avait elle imaginé un seul moment que le jour où elle le rencontrerait elle se retrouverait dans un si piteux état. Essoufflée, trempée de sueur, sanguinolente... Enfin bref rien de reluisant. June essaye de se relever, mal lui prit. Elle retomba aussi sec sur le sol. Elle devait avoir l’air pitoyable... Mais rien a faire elle ne voulait pas lâcher le morceau elle non plus. Une étrange grimace se dessina sur son visage, entre rage et envie de renoncer. Oui mais la jeune femme est pleine de ressource. Elle leva son visage vers l’autre jeune homme celui avec les cheveux gris.

« Dis lui de ne pas s’en mêler aussi non il risque gros et franchement il n’a pas besoin d’avoir plus d’ennuis, je me trompe? »

Ces propos devaient être bien mystérieux mais elle n’avait pas le temps de faire dans la dentelle non plus. Mais en même temps, elle ne voulait pas qu’il parte parce que ils étaient peut être la seule issue favorable qu’elle avait pour le moment. Mais elle le sait, June est compliquée...
Revenir en haut Aller en bas
Hayato Gokudera
Vongola | Storm Guardian
avatar

Messages : 379
Date d'inscription : 15/11/2008
Age : 27
Localisation : Avec Juudaime ! >_<

Feuille de personnage
Age du perso: 15 ans
Humeur: Kil those chicks
Relation:

MessageSujet: Re: Court petite souris... [Pv]   Mer 10 Déc - 4:33

    S'il y avait une chose qui avait le don de surprendre Gokudera, c'était l'attitude du dixième parrain de la famille Vongola.
    Quand lui, le terrible Smokin' Bomb, n'avait en tête que l'amusement passager mêlé à l'ennui profond que représentait une baston publique, mettant en cause une fille qui n'avait pas l'air si innocente que ça, son parrain, lui, semblait d'emblée devenir une sorte de justicier prêt à sacrifier sa propre vie pour venir en aide à des parfaits inconnus.
    C'était difficile à comprendre. C'était imprévu. C'était...

    ...

    SI C'ETAIT CE QUE VOULAIT LE JUUDAIME, IL LE SUIVRAIT, PARCE QUE SI LE JUUDAIME LE VOULAIT C'ETAIT FORCEMENT UN BON PLAN !!!!
    LE JUUDAIME ETAIT UN GRAND HOMME *_* ! Quelle classe ! Quelle galanterie !!!
    [ *insérez ici une expression proche de la fierté virile inondée de larmes de gloire* ]

    Il fallait sauver cette fille, et radicalement différent dans son attitude, l'italien vit son visage illuminé d'un grand rictus carnassier tandis qu'il sortait des bâtons de dynamites d'on ne sait où ; il avait jeté sa cigarette au loin du bout des doigts, d'un geste presque prétentieux, avant de suivre le chemin qu'avait emprunté Tsuna. Une bonne baston pour prouver au petit garçon aux cheveux chatains qu'il était tout à fait digne de son rôle et qu'il était le meilleur bras droit que l'on pouvait espérer ; il ne comptait pas faire honte au juudaime en ne réussissant pas à sauver une fille de quelques racailles mal léchées sans aucune éducation. Ils allaient devoir se mesurer à l'italien le plus explosif de l'archipel japonais... Et ils ne s'en sortiraient sans doute pas indemnes. Surtout si Juudaime avait avalé ces pilules, qui faisaient reluire au dessus de son front une magnifique flamme aux lueurs dorées. Les autres types avaient beau être quinze, ils auraient pu être quarante même, et gaulés comme des armoires à glace, que ça ne changeait rien ; ils avaient déjà perdu.
    Cela fit sourire Hayato de plus belle, qui se faisait déjà une joie de se battre un peu.

    Il laissa l'honneur au juudaime de commencer les hostilités, et il l'observa avec les yeux reluisants d'admiration. C'était fou comme ce garçon était classe. Ca le faisait presque rougir de béatitude. Il semblait si fragile et innocent, le petit Tsunayoshi, et pourtant... il avait mis à terre ce monstre en si peu de temps que l'italien aux cheveux cendrés se demandait même s'il allait lui laisser une petite miette à tabasser. Il haussa une épaule en souriant, baissant un peu sa garde, et il fut presque surpris par un autre des hommes qui l'avait soudain attaqué par derrière ; mais qu'à cela ne tienne, les lâches, il les explosait avec encore moins de pitié que les autres. Quelques coups en combat rapproché bien placés, et le gorille gisait par terre, à côté de son pote, et Gokudera s'était sans attendre remis en position de défense. C'était des combattants absolument pitoyables auxquels lui et son parrain étaient confrontés en cette jolie journée ; faibles et pleutres.

    Mais la damoiselle en détresse ne semblait pas réellement désirer la moindre aide extérieure ; Hayato reconnaissait l'expression qu'elle arborait. Le visage de ceux qui ont du être sauvés alors qu'il ne le voulait pas, de ceux qui auraient donné n'importe quoi pour ne pas avoir à subir l'humiliation d'être secourus. Ah, une fille avec du caractère, ça se faisait rare de nos jours, et la bombe ambulante appréciait de voir un tel regard, même si cette greluche n'aurait pas tenu longtemps s'ils n'étaient pas intervenus. Elle avait tout l'air d'être du genre rancunier, et il n'avait aucune envie de perdre son temps à sauver la vie d'une petite geignarde sans intérêt !!!
    ... Mais le juudaime voulait la sauver, il n'avait pas à discuter, de toutes façons ! Ni même à se poser de questions !!!

    Fille : "« Qui êtes vous? Fichez le camp... Cela ne vous regarde pas, vous allez vous blesser... »

    L'expression qui passa sur le visage de Gokudera mêlait surprise et regard hautain. Pour qui elle se prenait celle-là ?! Est-ce que ce n'était pas clair qu'ils avaient une classe et une puissance surelevée par rapport à ces rigolos de bas étage ?! Elle croyait quoi, qu'ils valaient rien, qu'ils étaient incapables de se défendre ?!!!! Mais quelle... sombre greluche !!! Une veine battait dangereusement à sa tempe tandis qu'il avait dressé un poing serré devant lui en signe de colère latente, menaçant d'exploser à tout moment.
    Petite pimbêche, jvais t'apprendre moi comment on remercie les gens qui t'empêchent de te faire broyer le cou par des types baraqués comme ça!!!
    Mais aucun son ne sortit de sa gorge ; ça aurait empêché le juudaime de réfléchir, et il arborait son expression sérieuse, le garçon à la flamme, cet air qui faisait que même Gokudera se taisait. Pourtant, c'était lui, Hayato, et son air frustré, que la fille regardait.

    Fille : « Dis lui de ne pas s’en mêler aussi non il risque gros et franchement il n’a pas besoin d’avoir plus d’ennuis, je me trompe? »

    Mais qu'est-ce qu'elle racontait encore comme crétineries ?! Les filles n'avaient-elles donc toutes qu'un ver de terre à la place du cerveau ?!!!
    Non il n'avait pas besoin de plus d'ennuis, non, mais ce n'était absolument pas ces affaires, à cette sombre dinde sans cerve-....
    Attendez. Stop. Un moment. Comment pouvait-elle savoir que.... ??

    UNE STALKEUSE ????????

    Une folle psychopathe qui cherchait par tous les moyens à espionner Tsuna partout où il allait, qui avait les murs de sa chambre couverts de photos de lui, qui connaissait son emploi du temps par coeur, qui savait où il allait et à qui il parlait... et qui connaissait donc les problèmes auxquels il était lié... !!!!

    Evidemment, notre ami explosif délirait encore, mais il plaça son bras devant Tsuna, l'air sérieux sur le visage.

    Gokudera : "Juudaime, si elle veut pas qu'on l'aide, on n'a qu'à se tirer. "

_________________
Bras Droit du Juudaime

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfiction.net/u/965492/Kaori-same
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Court petite souris... [Pv]   Ven 12 Déc - 20:23

Le combat qui opposé Tsuna et Gokudera face a 30 hommes était plutôt gagné d'avance et si il le souhaité réellement le Juudaime pouvais les tuer tous autant qu'ils sont en même pas dix secondes. Gokudera quand a lui s'apercevant que le jeune Juudaime Vongola avais décider de protéger la jeune fille décida également de ce battre mais la fille n'étais pas de cette avis et elle fit une remarque a Gokudera qui lassé par la non volonté de vivre de la jeune fille dit a Tsuna

"Juudaime, si elle veut pas qu'on l'aide, on n'a qu'à se tirer. "

Le jeune Juudaime Vongola se retourna en direction de Gokudera tournant le dos a ses adversaires puis lui dit calmement.


"Enfin Gokudera-kun....tu sait très bien que l'on ne peut pas partir sans la sauver....et puis j'ai mes raisons de lui venir en aide donc s'il te plait ignore ce qu'elle dit puis continue a te battre"

Le Juudaime savais très exactement ce qu'il faisait et il n'était pas venu en aide a la jeune fille pour rien, car lors de son entraînement avec Reborn quelques semaines avant Tsuna appris qui étais cette jeune fille qui étais aujourd'hui poursuivi par ces hommes tous de noir vêtu.

FLASHBACK

il y a de sa 3 semaines Tsuna s'entrainais a la maîtrise de ces X-Gloves et de sa mobilité dans les airs, l'entraînement étais plutôt facile car désormais Tsuna avais l'habitude d'utiliser ses X-Gloves car depuis maintenant quelques mois l'arrivée de Reborn rapporta des tas et des tas de problème au jeune Sawada qui n'avais rien demandé pourtant mais sa ne l'empêchait pas d'apprécier la compagnie de ses nouveaux amis et il adore s'amuser avec eux même si parfois les enfants font beaucoup de bazar et que Tsuna en devient fou, mais ce que ressent le jeune Juudaime dans ses moments est un mélange entre la fatigue et l'amusement. car Tsuna avais beau devenir fou lorsque tous plein de gens font tous plein de choses en même temps chez lui mais ces également les plus beau moments de sa vie car ces petits instants d'amusement sont les seul qui permettent a Tsuna de s'amuser sans qu'on le mettent a l'écart en l'insultant de " Tsunaze " ou d'autre moquerie toutes plus embarrassantes les unes que les autres. Enfin l'instant n'était pas a la nostalgie et aux sentiments mais plutôt a l'entraînement, ainsi l'entraînement au vol dura une heure et demi, et Reborn jugea bon de présenté les quelques parrain de famille qu'il allais sans doute rencontré. Et les photographie s'enchaînèrent jusqu'à arriver a la photo d'une jeune fille qui faisait un énorme sourire, et lorsque l'on compare cette photo a celle des autres parrain on peut s'apercevoir que c'est la seule qui sourit tous les autres ont un air méchant et énervé sauf cette fille qui d'après Reborn s'appelait June Kagetora...

Fin du Flashback

Ainsi Tsuna savais qui étais la jeune fille poursuivi par ces étranges personnes, et même si le Juudaime avais carrément pas envie de se battre contre ces armoires a glace il n'avais pas le choix car elle avais sûrement elle aussi des Gardiens et une famille qui l'aime et qu'elle aime, et lorsque Tsuna y pense il ne peut s'empêcher d'avoir un léger pincement au coeur, Gokudera-kun, Yamamoto, Lambo-kun, Hibari-san,Kyoko-chan, Haru-chan tous comptais pour le jeune Juudaime Vongola et si un jour l'un d'entre eux disparaissait il ne sait pas ce qu'il ferais. L'un des hommes enfila un poing américain et il fonça sur Tsuna qui ne bougea pas d'un pouce, l'homme frappa de toutes ses forces en direction du visage du Juudaime qui bloqua l'attaque avec le paume de sa main puis avec son glaciale regard doré il dit calmement.

"Messieurs.....s'il vous plaît partez et laisser cette jeune fille tranquille...Je ne veux pas vous blesser, ce n'est pas mon but de vous envoyer a l'hôpital et vous l'avez sûrement remarqué la différence de niveau entre vous et nous est bien trop grande, persistez a attaquer et je serais dans l'obligation de me battre...."

A ce moments précis Tsuna parlait pour ces hommes qui ont sûrement remarqué qu'ils étais bien trop faible pour espéré ne serait-ce que toucher Gokudera ou Tsuna. L'homme quand a lui perdit sont sang froid et recula en arrière....l'homme ordonna a tous ses hommes de tirer sur la jeune fille qui étais a terres, les hommes s'exécutèrent et ils sortirent tous leurs pistolet de leurs holster, et après le signal ils tirèrent tous sur June qui étais assit au sol, le fracas des armes résonna dans tous le centre-commecial et Tsuna apparu un instant avais que les balles n'atteignent June, le Juudaime plaça sa main droite vers l'avant et la gauche vers l'arrière puis il soupira et dit doucement.

"X-Burner...."

Une flamme rouge vif fit fondre toutes les balles et Tsuna baissa la tête déçu par la décision des hommes, le jeune Vongola se retourna en direction de Gokudera et lui dit avec douceur.

"Gokudera-kun peut-tu t'occuper de ces hommes je vais voir comment va la jeune fille....* S'avance vers Gokudera et lui murmure a l'oreille* Et s'il te plaît ne les tue pas....fait leurs seulement comprendre la gravité de leurs action...Assome-les sa suffira..."


Tsuna Détesté demandé a Gokudera de se battre car déjà le Juudaime est plutôt contre toutes formes de violence....seulement il existe des personnes qui ne comprennent pas que la violence ne résout rien, et que en faisant du mal on ne récolte que du mal c'est un cercle vicieux...Enfin le jeune Sawada parti jusqu'à June et il mit a croupie.

"Tu va bien ? vient je t'emmène a l'hôpital"

Tsuna tendis sa main vers June en lui faisant un petit sourire pour rassuré la jeune fille.



Dernière édition par Tsunayoshi Sawada le Mar 6 Jan - 22:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Court petite souris... [Pv]   Sam 13 Déc - 23:55

Gokudera : "Juudaime, si elle veut pas qu'on l'aide, on n'a qu'à se tirer. "


June fut étonné dans un sens d’entendre une telle phrase, cela devait se lire sur son visage. Mais en même temps, n’était ce pas son but en ayant prononcé de telles paroles? Elle dévisagea Gokudera avec ses yeux noisettes grands ouverts. Puis un mince sourire se profila sur ses lèvres roses. Non ce n’était pas si surprenant venant de ce jeune homme. L’avantage quand on fait partie de la Guardia, c’est que l’on sait beaucoup de chose sur beaucoup de monde... Il ne devait pas s’en douter. Personne ne peut le savoir, la Guardia est un mythe. Une histoire que l’on raconte aux enfants mafieux pour leur faire peur, en leur disant que le sanctuaire est une île déserte ou vie des hommes et des femmes qui se ferait un malin plaisir de les manger tout cru... La jeune femme se mit a soupirer. Mais qu’est ce qu’elle faisait? On voulait lui venir en aide et... Et elle comme une grande gourde crachait littéralement sur cette main tendue. Elle aurait voulu dire quelque chose, n’importe quoi pour essayer de faire comprendre que si elle réagissait ainsi ce n’était que pour leur bien. Il ne fallait pas lui venir en aide, c’était bien trop dangereux pour eux. June est le genre de personne a placer la vie des autres devant la sienne. Un peu comme ce dixième du nom... Son regard dévia sur Tsuna. Il avait l’air d’un gentil garçon embarquer dans la mafia bien malgré lui. Pas comme elle qui est née en plein dedans et qui y a toujours vécut... June secoua doucement la tête, elle commençait à avoir la migraine. Trop de sang perdu peut être? Non sûrement même. La jeune femme avait la tête qui lui tournait, sa vision devint un bref moment floue. Instinctivement, elle plaqua une main sur sa tempe. Mais rien a faire, elle allait de mal en pire. Mauvaise journée en somme.

« Tu ne sert a rien, tu es juste bonne a jeter aux ordures... »


June eut un sursaut d’angoisse, cela se lisait sur son visage. C’était elle évanouie un court moment. Possible... Cette voix, c’était celle de son jumeau, il y avait bien des années et non celle d’une personne ici présente. Cela n’avait strictement rien a voir. Et pourtant... Non... Dans un mouvement de rage non contenue, la jeune femme frappa son poing sur le sol. Elle avait mal... Mais la douleur de son orgueil mis a vif, la faisait d’avantage souffrir en ce moment. Pitoyable image d’elle même, cela lui ressemblait si peu. Et puis, elle ne pouvait se montrer sous un tel visage. Car elle est le chef de la Guardia. Ils sont l’histoire de la mafia, ils sont ceux dont personne ne se soucie sauf elle, il sont sa famille.

Et puis le son de la voix du jeune dixième de nom. June tourna son visage enfantin vers lui. Les renseignements obtenus sur lui était juste, il avait beaucoup de coeur. Trop peut être car il ne semblait pas vouloir la laisser a son titre sort. Là encore, elle ne pu s’empêcher de sourire encore une fois, un sourire bien plus mélancolique. La compassion dans le monde de la mafia n’est pas spécialement une bonne chose, elle l’a déjà apprit a ses dépends. Il en souffrira un jour... Alors que June voulu reprendre la parole pour leur dire de partir encore une fois, Tsuna s’interposa devant elle et les molosses... Elle en fut interloquée et avant même qu’elle ait pu ouvrir la bouche, le dixième du nom imposa sa loi en quelque sorte. Pour il deviendrait sûrement un grand homme. Elle avait bien fait de quitter le sanctuaire pour venir le rencontrer. Même si théoriquement, elle n’en avait pas le droit. Mais elle l’avait prit et contre toute attente, ne le regrettait pas... Même si ils ne se coassaient pas, enfin pour être plus précis elle ne le connaissait pas. Vu qu’elle avait un dossier aussi large qu’un camion pour chaque membre des Vongola, c’était un peu comme si elle les avait déjà rencontré. Puis ces hommes venu de nulle part sortirent leurs armes. June n’était pas effrayer... Et elle ne fut pas étonnée non plus de voir l’attaque du dixième du nom. Elle avait lu quelque part et étudier celle du Vongola Primo. June a l’air naïve et candide mais ne dit on pas que l’air ne fait absolument pas la chanson.

Ensuite, June laissa Tsuna se charger du reste. Enfin plutôt délégué a son bras droit le reste de l’attaque. C’était amusant... Oui vraiment et instructif aussi. Ben oui, faisant partie de la Guardia, June ne peut s’empêcher de tout noter. De tout inscrire dans sa mémoire, n’est ce pas son rôle dans le fond? Ou alors une très mauvaise habitude qui est devenu au fil du temps une sorte de réflexe automatique. Perdue dans ses pensées, June revint a la réalité que quand elle se rendit compte que Tsuna se trouvait juste devant elle, accroupit. Elle eut un mal fou a se concentrer sur les quelques mots prononcer. Il lui demandait si elle allait bien? Et si il devait l’amener à l’hôpital... June se releva d’un seul bond. Trop vite d’ailleurs car elle eut l’impression d’avoir tout un carillon a l’intérieur de son crâne. Elle ferma les yeux quelques secondes. Puis les rouvrit... La jeune femme se mit à faire de grand geste avec les mains comme si elle ne cachait absolument pas sa gêne.

« Non.. Non ... Pas besoin, je pètes la forme regarde... » La jeune femme entreprit de faire d’autres grands gestes avec ses bras, mais ne pu retenir une grimace et aussi le fait que son flan ou plutôt son pull était rouge sang. « Tu ne devrais pas t’inquiéter pour moi, déjà çà... » June pointa du doigt les hommes en costume. » Tu n’aurais pas du, tu va t’attirer de gros ennuis... C’était pas comme çà que j’imaginais notre rencontre et... »

June plaqua sa main sur sa bouche, non elle en avait trop dit. La jeune femme leva les yeux aux ciel et voila, elle avait encore fait une bourde magistrale. Du June tout cracher... Elle joignit ses mains derrière elle et lui fit un grand sourire. Puis posa son regard sur Gokudera tout en penchant la tête, vu que c’était un peu tard pour rattraper le coup elle lui cria...

« Hé Smoking Bomb essaye de ne pas faire trop de dégâts je ne voudrais pas faire un trou dans le budget de ma famille, ok?... »


Voila qui était dit, June se retourna vers Tsuna et lui fit un sourire amical. Mais très vite, la jeune femme vira au blanc. Elle se sentait mal mais essaya de garder bonne figure. L’orgueil toujours l’orgueil...
Revenir en haut Aller en bas
Hayato Gokudera
Vongola | Storm Guardian
avatar

Messages : 379
Date d'inscription : 15/11/2008
Age : 27
Localisation : Avec Juudaime ! >_<

Feuille de personnage
Age du perso: 15 ans
Humeur: Kil those chicks
Relation:

MessageSujet: Re: Court petite souris... [Pv]   Mar 6 Jan - 21:18

    C’était quand même incroyable à quel point ce petit brun pouvait avoir la classe.
    L’italien avait mis quelques minutes avant de réagir au fait que le dixième lui demandait de s’occuper de ces types inutiles, après avoir passé de longues secondes avec les yeux admiratifs qu’il vouait uniquement à Tsunayoshi ; se mettre ainsi devant des balles juste pour sauver une inconnue, c’était peut-être pour certains ridicule parce qu’indigne d’un parrain de la mafia, pour Gokudera, il s’agissait d’une preuve de plus de la grandeur d’âme de celui qu’il suivrait jusqu’au bout, et ça le mettait toujours d’une humeur allègre que de se rendre compte qu’il n’était pas le bras droit de n’importe quel brigand ou mafioso de bas quartiers. Non, son Juudaime, il avait la classe, c’était le meilleur.

    Un rictus de vainqueur, en remplacement de sa béate expression d’idolâtrie, orna de nouveau les lèvres nicotinées de l’argenté lorsqu’il assimila la demande discrète du petit adolescent aux grands yeux naïfs. Il était évidemment qu’il n’allait pas refuser, pour deux raisons principales : d’une, Juudaime lui avait demandé, et à ça, il n’avait rien à redire. De deux, pourquoi dirait-il non à ce genre d’ordres ? Ces mecs n’étaient que des pauvres petits rats d’égouts, et vilains par-dessus le marché : les laisser détruire ainsi le calme du centre commercial et attenter aux jours du parrain de la Vongola était absolument impensable. Bon, il n’était pas nécessaire de mentionner que tout le monde avait déjà paniqué, que des hurlements terrorisés avaient déjà envahi les lieux, et qu’ils étaient déjà quasiment seuls à l’étage où ils étaient intervenus pour venir en aide à la jolie jeune femme ensanglantée. Bah, ça fera moins de gens blessés quand il balancerait des dynamites à tout va pour faire voler ces débiles ; n’est-ce pas ? Pas que Gokudera y réfléchisse vraiment, de toutes façons. Tout ce qui comptait à cet instant précis c’était d’obéir à Tsuna et s’amuser un peu.

    Son expression mêlait haine carnassière du chasseur envers ses proies et regard noir du garde du corps en colère qu’on fasse du mal à son précieux protégé, et c’était assez effrayant pour ceux qui ne connaissaient pas le côté niais que pouvait parfois avoir Gokudera. Les assommer, hein ? Comme si c’était fait. Les hommes en face de lui pouvaient paraître inquiétants et impressionnants, mais ça uniquement pour le commun des mortels, et l’italien n’en faisait pas partie : lui, c’était un mafieux, pas une petite fiotte de seconde zone qui allait s’enfuir en pleurant en voyant quelques armoires à glace lui barrer le chemin. Qu’elles soient armées jusqu’aux dents ou pas.

    Ignorant ce qui se passait derrière lui entre June et Tsuna, Gokudera se planta devant les autres et leur barra ainsi le chemin, parce qu’eux tout ce qu’ils voulaient c’était cette fille ; bon, la raison, l’italien ne la connaissait pas et pour être vraiment sincère, il s’en fichait profondément. Le fait qu’ils ne veuillent pas se battre directement avec lui allait lui rendre la tâche encore plus facile. Il sortit d’un geste habile quelques bâtons de dynamites d’on ne sait où, et toisa de nouveau ses adversaires, qui n’avaient pas l’air de le prendre totalement au sérieux, avant de leur projeter ses bombes de face, d’un lancer sec et rapide, qu’il voulait précis ; il répéta l’action pour éviter de se faire tirer dessus et pour protéger le dixième derrière lui, et ce n’était pas plus compliqué que ça. Après quelques explosions sauvages un peu partout sur l’étage, qui avaient brisé des vitrines, fait fuir la fontaine du centre et détruit moult carrelages et pavés en plaqué marbre, laissant les lieux envahis de fumée et de poussière, Gokudera s’épousseta tranquillement les mains. Il ralluma sa cigarette, faisant cliqueter son briquet discrètement, avant d’observer ce qu’il restait de l’endroit et des hommes qui avaient été contre lui. Bien, ils gisaient joyeusement un peu plus loin, leurs costumes recouverts de gravats et de poussière, et de sang aussi ; l’italien n’avait pas fait attention aux dégâts qu’il avait causés autour, et lorsqu’il le remarqua, il se contenta de hausser les épaules. C’était plus ses affaires maintenant…

    Goku : « Et voilà, Juudaime ! ^___^ »

    Il avait fait son boulot et il l’avait fait plutôt bien en plus, ça l’aurait presque fait ricaner joyeusement si une voix un peu frêle d’une femme blessée ne s’était pas fait entendre juste après, une fois que les volutes blanches des murs détruits s’étaient dissipées totalement. Comment connaissait-elle son surnom, celle-là ? Il la scruta suspicieusement, persuadé de ne pas l’avoir vue avant (oui, il ne se souvient pas forcément de toutes les personnes qu’il avait bousculées ou qui étaient dans son école), mais il tenta quand même de se rappeler où il pouvait l’avoir déjà croisée…

    Chose : « Hé Smoking Bomb, essaye de ne pas faire trop de dégâts je ne voudrais pas faire un trou dans le budget de ma famille, ok?... »

    Bon, au moins elle avouait son appartenance à la mafia, en une seule phrase, si elle était censée avoir une couverture et rester discrète, c’était absolument raté. Alors soit elle était là pour leur annoncer quelque chose officiellement, soit elle était idiote et incompétente. Le choix était assez délicat. L’argenté n’aurait pas su dire, il penchait surtout pour la deuxième option, mais il n’y avait pas de raison pour l’instant de la sous-estimer, à part peut-être le fait qu’elle se soit faite laminer par ces vers de terre… Il demandait à voir.

    Goku : « Et t’es qui, toi ? »

    Il avait peut-être pas vraiment besoin de lui poser la moindre question, parce qu’elle avait plus l’air apte à tomber dans les pommes qu’à tenir la moindre conversation.

    Goku : « Juudaime, vous comptez l’amener à l’hôpital aussi avant qu’elle ne vous meure dans les bras ?... »

    Il ne lui faisait pas confiance du tout à cette fille. Nan.

_________________
Bras Droit du Juudaime

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfiction.net/u/965492/Kaori-same
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Court petite souris... [Pv]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Court petite souris... [Pv]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La petite souris...
» liste des sites que j'utilise le plus...
» Petite scène amusante en arrière-plan : p
» [Screen] Petite réunion chez Kokinette
» [Collection Membre] Ma petite collection.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Katekyo Hitman Reborn :: Archive Rpg-
Sauter vers: