Forum rpg basé sur le manga Katekyo Hitman Reborn
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Gokudera Hayato ||terminée||

Aller en bas 
AuteurMessage
Hayato Gokudera
Vongola | Storm Guardian
avatar

Messages : 379
Date d'inscription : 15/11/2008
Age : 28
Localisation : Avec Juudaime ! >_<

Feuille de personnage
Age du perso: 15 ans
Humeur: Kil those chicks
Relation:

MessageSujet: Gokudera Hayato ||terminée||   Lun 1 Déc - 3:05



I . Identity.


NOM: Gokudera
PRÉNOM(S): Hayato
SURNOM: Smokin’ Bomb Hayato [ entre autres "mon poulet" et "tronche de poulpe"... ]
AGE: 15 ans
NATIONALITE : Il a trois quarts de sang italien et un quart de sang japonais
SEXE: Masculin
DATE & LIEU DE NAISSANCE: Italie, le 9 septembre
CAMP : Dans celui du dixième du nom !!!

II. Apparence & Mental.


Physique : Y a-t-il le moindre défaut dans ce physique ? Peut-on rêver mieux qu’un croisement entre tout le piquant et la saveur acidulée de l’Italie et le charme mystique du Japon ? La première impression : un beau gosse. Ses formes sont irréprochables ; depuis son torse musclé jusqu’à ses jambes fines et longues, en passant par ses épaules délicieusement sculptées et ses mains de pianiste ; l’on notera aussi le charme émanant de sa chevelure mi-longue et coiffée malgré ses airs rebelles, cette couleur argent lui conférant un charme exceptionnel… Peut-on rester insensible à l’aura d’insoumission et de masculinité mêlée d’une très légère, voire infime mais nécessaire touche de féminité nécessaire au charisme absolu, qui se dégage de ce garçon ? Quelques bijoux pour rehausser l’attrait de son cou, de ses doigts, des vêtements à la mode et un tant soit peu rebelles, et vous avez devant vous le summum de la classe et un objet parfait d’adoration pour toute jeune fille en fleur qui se respecte. Gokudera est beau, il n’y a rien d’autre à dire. Gokudera est un poseur, aussi. Un seul de ses regards de braise ferait fondre n’importe qui. Un seul de ses sourires, carnassiers ou gênés, ferait battre à tout rompre le cœur de quiconque serait la personne à qui il est adressé. Même quand il passe du stade de beau garçon insoumis à crétin des alpes à la botte de son parrain, il n’en reste pas moins un Apollon. Flamboyant comme les flammèches de ses bâtons de dynamite, gracieux comme une explosion dans une nuit sans lune. ( Comment ça la joueuse est une groupie ?… Non, elle constate des faits.)

Signe(s) physique(s) particuliers: Jamais sans une cigarette au coin de la bouche. Qui a dit que c’était has been ? Tous les beaux gosses rebelles fument. Tche.



Caractère : Si seulement c’était possible de définir le caractère en quelques lignes. Surtout d’un garçon aussi impétueux et, disons le franchement, prévisible d’imprévisibilité tel que Gokudera. L’adolescent semble en effet doté de deux personnalités, liées sans cesse, mais cependant radicalement opposées, sans plonger dans les tréfonds de la schizophrénie non plus : en effet, il peut soit se montrer agressif et irritable (dans la majorité des cas, d’ailleurs), soit doux comme un agneau, presque candide, naïf, admiratif, et souriant comme l’enfant qui sommeille encore derrière la fumée des cigarettes qu’il fume, peut-être pour se donner un air adulte. Et ce mélange de caractères n’est même pas surprenant ; il a beau être dans la mafia, et faire tout son possible pour être à la hauteur, il n’en reste pas moins un enfant. Ces airs sombres, ces regards mêlant jets acides et éclairs glaciaux, qu’ils lançaient à son entourage après avoir été rejeté de la mafia, ils avaient pour but, sans doute, de le faire paraître plus mûr qu’il ne l’était réellement. Au bout d’un moment, c’était peut-être même devenu une habitude que de garder cette expression désagréable et presque hautaine sur le visage, afin de pouvoir la jeter froidement à tous ceux qui l’entouraient. De l’intimidation ? De la prétention ? Ou juste une façon d’être ? Il l’entretient, son aspect rebelle, ses attitudes anticonformistes. Ca lui plaît. La classe émane naturellement de son être, quand il prend ses airs. Et quand on commence à lui adresser la parole, pour voir qui se cache derrière ces mèches argentées, derrière cette cigarette insolemment pendue à ses lèvres, pour savoir quel est le genre de type qui semble se moquer ainsi de tout le monde, les mains au fond de ses poches, avec cette dégaine d’indomptable collégien… En général, on n’est pas accueilli chaudement. Pas qu’il soit dédaigneux, pas qu’il se moque de vous. Il est juste… de nature quelque peu… irritable. Il semble si aisé de le froisser, de le mettre en rogne. Une phrase déplacée, un âge trop avancé, un comportement qu’il n’aime pas, ou simplement votre tête, et il vous a directement à la mauvaise. Enfin, en surface. Car ne dit-on pas qui aime bien châtie bien ? Il est de ce genre qui apprécie sans s’en rendre compte ceux qui résistent à son caractère de cochon ; que ce soit par le rire ou par le même comportement puéril et agressif, il suffit d’un peu de répartie pour ne pas se laisser faire par le beau garçon aux yeux couleur d’argent. Ah, il est un peu violent, un peu irréfléchi, peut-être même à la limite de l’inconscience et de l’incompétence parfois, mais c’est encore une des contradictoires facettes de sa personnalité.
Quand d’un côté il est, à l’école, particulièrement doué, à la surprise générale, il est dans la vie parfois tout bonnement idiot. Quiproquos et problèmes de communications obligent, il fait parfois tout l’inverse de ce qu’il est censé faire. Pourtant, il veut faire au mieux. Il essaye. Gokudera est un battant, et ça se lit dans son regard. C’est un fier combattant, doté d’un solide amour-propre, et d’une détermination à toute épreuve. Entrer dans la mafia, et surtout y rester, n’est pas une mince affaire. Il faut du cran pour y parvenir, et Smokin’ Bomb en a. Explosif et dangereux comme ses bombes, le fumeur porte bien son surnom. Encore un peu d’entraînement, et les simples syllabes de ce nom, résonnant dans l’air, feront frémir les plus grands… c’est presque sûr.
Et il y a l’autre côté de la pièce. Quand tout cet aspect adulte et résolu laisse place à une sorte de joie de vivre presque naïve, provoquée par l’admiration que porte Gokudera à son parrain. Des étoiles dans de grands yeux gris perle, des « Juudaime ! » en veux-tu en voilà, des joues légèrement rougies par l’adoration et par la fierté que lui insuffle son rôle (auto proclamé...) de bras droit, des gestes en folie, et un comportement encore plus irréfléchi que d’habitude… Voilà ce dont est capable le jeune pianiste italien quand l’attachement lui fait perdre le contrôle de sa classe altière, ou même de ses crises de colère intempestives. Prêt à tout pour le dixième du nom. Qu’il y arrive ou pas, peu importe, ce qui compte c’est la détermination. La motivation. L’intention ?… Ah, peu importe. Gokudera est un ami loyal et fidèle, malgré tout ce que l’on pourra penser. Il a horreur de laisser ses compagnons dans les problèmes, et il sait ne pas se laisser écraser par son ego.

Enfin, pour résumer, disons le franchement : Hayato Gokudera est aussi intelligent qu’il est crétin, aussi gentil qu’il est désagréable, aussi doué qu’il est empoté. Un paradoxe sur pattes.
Et c’est ce qui fait tout son charme.
D'ailleurs, est-il juste timide avec les filles, ou est-ce qu'il ne les supporte vraiment pas ? Le mystère reste entier...



Like/Dislike : Gokudera ne supporte pas la vue de sa sœur. Gokudera ne supporte pas les gens plus âgés que lui. Gokudera ne supporte pas non plus le fait que Yamamoto soit plus proche d’être le bras droit de Tsuna que lui. Gokudera ne supporte pas de faire honte au dixième du nom et de se montrer indigne de sa grandeur. Gokudera ne supporte pas qu’on fasse du mal au dixième. Gokudera, en fait, déteste qu’on fasse du mal à ses amis. Gokudera, au final, ne supporte pas grand chose. Par contre, il aime beaucoup Tsuna. Et les bons combats, aussi. Et la saveur de la nicotine lui fait un bien fou, le calme, et le remet d’aplomb. Et même s’il n’y a pas joué depuis longtemps, Gokudera apprécie de faire du piano. Sauf quand Yamamoto l’accompagne à la guitare. C’est tout de suite moins plaisant.




IV. Liens & Relation(s)


Famille : Il y a des vies, comme ça, qui commencent d’emblée par des problèmes familiaux. L’homme qui s’avère être le paternel de Gokudera, charismatique, fier, s’était un jour épris d’une jeune damoiselle dont le talent de pianiste avait réussi à émouvoir ses cordes sensibles, et ce fut ce que l’on appelle plus communément le coup de foudre. Qui n’aurait pas succombé aux charmes de la belle jeune femme et de ses longs doigts fins et agiles ? Qui n’aurait pas voulu toucher sa peau, caresser ses cheveux ? Le futur père de Gokudera ne s’était donc pas privé. Malheureusement, le père du petit garçon talentueux aux cheveux d’argent faisait partie de la mafia. Et Dieu sait que dans ce genre de milieux, on n’accepte pas les enfants illégitimes. Hayato fut donc présenté à l’ensemble de la mafia comme un fils parfaitement réglementaire, devenant, plutôt que le demi-frère, le frère véridique d’une jeune fille un peu plus âgée que lui répondant au doux nom de Bianchi.
Sa véritable mère mourut peu après dans un accident de voiture. On raconta à Gokudera qu’il s’agissait d’un suicide…

[...] Aaah~, vous parliez de la Famille ? Oh, mais il faut le dire à l'italienne, sinon, on ne comprend pas.
Gokudera se dévoue corps et âme à la cause de la famiglia Vongola. Dire qu'il est ami avec tous les êtres qui la compose serait une hyperbole, mais il est certain qu'il y est lié, d'une façon ou d'une autre. A son parrain surtout, mais à tous les autres aussi.
C'est la famille.

Relationships:



  • Tsunayoshi Sawada : « Juudaime ! *_* ». « Dixième du nom. » Une exclamation moult fois répétée, une adoration, une admiration sans limites, peut-être même à la limite de l’idolâtrie. C’est ce dont fait preuve Gokudera envers le leader de la famille Vongola. Il voit en Tsuna un être digne d’être respecté et il s’autoproclame son bras droit, position qu’il désire plus que tout pouvoir honorer. Et il ne laisserait sa place à personne d’autre. C’est à lui de protéger et d’aider le dixième du nom dès qu’il le peut, dès qu’il le faut. Même… s’il n’est pas toujours très compétent.

  • Bianchi : … Cette fille le rend malade. Il n’y a aucun moyen de dire les choses autrement. Il suffit qu’il la voit pour que son estomac se contracte et se retourne, pour qu’une envie folle de vomir l’assaille, pour que la nausée le mette totalement KO. Il est difficile de développer une relation fraternelle saine avec une personne qui a tenté de vous empoisonner alors que vous n’étiez encore qu’un gamin innocent…

  • Dr Shamal : Cet imbécile-là… C’est assez difficile de résumer la relation qu’a Gokudera avec ce type. Il l’a admiré, sans doute, et il l’admire toujours. Après tout, c’est lui qui lui a appris à manier la dynamite, qui l’a soigné, qui l’a entraîné… Il lui doit beaucoup.
    … ET NON IL N’A PAS COPIE SA COUPE DE CHEVEUX….. Enfin… BREF.


  • Takeshi Yamamoto : Celui-là. Cet espèce de baseball freak complètement à côté de la plaque. Ce grand imbécile qui ne fait que sourire tout le temps. C’est fou comme il l’agace. Il est là, il rigole, et au final, c’est lui qui a l’admiration de Tsuna. C’est INTOLERABLE. Pourtant, même si Hayato meurt d’envie de lui faire exploser la tête une bonne fois pour toutes, à coup de dynamite ou de batte de baseball, Yamamoto n’en reste pas moins son ami, même si l’explosif italien préférerait rester face à Bianchi pendant trois jours plutôt que de l’avouer. Et ils font même une bonne équipe, tous les deux. Mais restons sur le « complexe d’infériorité doublé de rivalité ». L’amitié est là de toutes façons.

  • Lambo : Espèce de vache débile… Pourtant c’est pareil que pour Yamamoto. Gokudera a beau être agressif et irritable, il l’aime bien aussi. Sauf quand il est adulte. Point.



  • Reborn : Qui n’a pas d’admiration pour ce bébé sans scrupules et terriblement talentueux ?

  • Et les autres~ : En général, Gokudera n’est pas du genre à faire le premier pas pour établir une relation. Il prend ses airs agressifs, se comporte de façon impétueuse, bestiale, parfois même vaguement prétentieuse. Pourtant, ceux qui le connaissent bien sont vite désillusionnés... si l’on puis dire. Il a beau être intelligent, beau garçon et doué au combat, il n’en reste pas moins parfois un abruti, disons le franchement. Il fait preuve de brutalité et parfois d’irrespect envers Yamamoto, Ryohei ou Lambo, mais à côté il est presque le chienchien de Tsuna, et il est poli face aux gens qu’il respecte. Par contre, il n’aime pas les gens plus âgés que lui. (et oui, ça fait beaucoup de monde.) Au fond, c’est un garçon sympathique et un ami fidèle pour ceux qui réussissent à le dompter. Et Gokudera, c’est le genre de mec qu’on aime bien en général. Il s’y croit, mais il se montre aussi parfois idiot, et c’est une sorte de charisme qui fait qu’on s’attache à lui même si ce n’est pas toujours réciproque. En fait, c’est difficile de le détester vraiment.
    Par contre, il ne s'entend pas avec les filles. Pas de sexisme. Si vous titillez ses nerfs fragiles, il vous explose, que vous soyez de la gente féminine ou pas... groupies, s'abstenir, donc !


IV. Arme & Technique(s)


Arme : La dynamite ! … BOOM <3
Techniques :
~ " Bombs Spread" : Il utilise cette technique contre Hibari ; il s'agit "d'étaler" des bombes dans l'air autour de la cible, pour qu'elles explosent toutes en même temps sans laisser à la victime le temps ou le moyen de s'échapper.
~ « Rocket Bombs » : Une fois lancés, les bâtons de dynamites s’enflamment au bout comme des missiles qui sont propulsés à grande vitesse contre l’adversaire. Gokudera a mis 6 jours pour la perfectionner, s’inspirant du Trident Mosquito du Dr. Shamal.


Autre(s): Que dire d’autre ? =D Ah oui, je suis une fille. Donc Gokudera va finir marié avec Yamamoto. *ULTRASBAF* Je. Déconne. X)
Le forum est très joli, et j'ai hâte de RP <3
[ pardon d'avoir dépassé la limite autorisée TT ]


Dernière édition par Hayato Gokudera le Mar 2 Déc - 3:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfiction.net/u/965492/Kaori-same
Hayato Gokudera
Vongola | Storm Guardian
avatar

Messages : 379
Date d'inscription : 15/11/2008
Age : 28
Localisation : Avec Juudaime ! >_<

Feuille de personnage
Age du perso: 15 ans
Humeur: Kil those chicks
Relation:

MessageSujet: Re: Gokudera Hayato ||terminée||   Mar 2 Déc - 2:37

III. ___Story*


Si bémol ; la ; do ; ré.

Bercé depuis les premiers instants par les doux sons du piano.

Les mélopées douces et fondantes s’étalaient et bougeaient, résonnaient délicatement, dans toute la pièce, au milieu de laquelle trônait le magnifique piano blanc sur le clavier duquel glissaient des doigts féminins et longs, graciles et fragiles, faisant émaner de l’instrument des notes toutes différentes et associées parfaitement de façon à former un ensemble musical irréprochable. Dehors, le soleil de l’Italie faisait chanter les cigales, et sécher toute forme de vie végétale, sauf les pins qui restaient verts, dressés, insolents, vers le ciel, dans les grands jardins de la propriété. La chaleur était à son comble, il était bientôt midi, et devant le piano, la demoiselle aux doigts bagués d’or plaqué s’essuya doucement le front du revers de la main. Ses pieds tenus serrés dans ses escarpins la faisaient un peu souffrir, mais elle avait tout de même pris soin de se vêtir uniquement d’une petite tunique blanche pour ne pas avoir trop chaud. Les dernières notes s’évanouirent dans la pièce, s’échappant par la fenêtre entr’ouverte, et la pianiste fit glisser ses doigts le long de son ventre arrondi, avant de soupirer. Ca aurait dû être beau. Ca aurait dû la mettre en joie.
Mais l’enfant qui dormait paisiblement au creux de son corps n’était pas légitime. Et la demoiselle n’était pas née de la dernière pluie ; si elle avait cédé à l’homme qui l’avait mise enceinte, elle n’était pas sans savoir tous les risques que cela impliquait. Elle jeta un œil par la fenêtre. La musique des cigales était si forte qu’elle couvrait presque le bruit de sa propre respiration, même lorsqu’elle soupirait, l’esprit ailleurs. Elle pensait au Japon.

Bercé depuis les premiers instants par l’instabilité et les risques.

Le bébé était adorable. Sa mère ne se lassait pas de le tenir dans ses bras, de caresser doucement la petite tête ronde et lourde entre ses mains, de passer ses doigts fins sur ceux, ronds et boudinés, du nouveau-né. Il était tellement mignon. Ce qui n’était plus le cas de son père. Celui-ci fixait la mère avait un regard sombre, empli d’inquiétude et de tracas. L’homme était marié, et il avait une fille, déjà. Il n’était pas question d’avouer que ce garçon était le sien, à moins bien sûr de prétendre qu’il était le fils de sa véritable femme. La pianiste avait calé le poupon entre ses bras et déposait quelques baisers sur son petit front plissé, les yeux perdus, la tête toujours ailleurs. Elle savait ce que cela allait impliquer. Ne plus avoir le droit de le voir tous les jours, ne pas pouvoir l’élever. L’idée même lui déchirait les entrailles.

Si ; si ; ré ; do ; fa.

Durant les années qui suivirent, elle n’avait la permission de le voir que d’éparses fois, très discrètement, dans le secret le plus total. C’était douloureux, horriblement. Pour elle, surtout. Le petit garçon qui grandissait dans l’immense propriété italienne s’en souciait à peine ; pour lui, elle était sa mère, sans doute, mais il ne s’en préoccupait pas vraiment encore. Il se contentait de rester avec la pianiste quand elle le pouvait, il la regardait de ses grands yeux perle, de la même couleur que ceux de son père, et elle lui apprenait le japonais, ou le piano, en fonction de son humeur. Parfois, pendant que le petit garçon tirait la langue de concentration en appuyant avec dextérité sur les touches blanches de l’instrument, elle le regardait, et frôlait ses cheveux d’argent de la paume de sa main. Qu’il était sage, qu’il était bien habillé, dans son petit costume, qu’il était intelligent. Hayato. Hayato Gokudera.

Do ; do ; do ; do.

Un suicide ? Mais… Pourquoi se serait-elle suicidée ?
« Ta mère était dans sa voiture, et elle a dévié de la route, se jetant par la même occasion dans un ravin. La thèse du suicide est la plus probable, puisqu’elle semblait avoir sombré dans une dépression nerveuse assez intense dernièrement. Désolé, petit.» Son père avait l’air de s’en moquer royalement. Mais les yeux argentés du petit pianiste en herbe exprimaient un mélange de tristesse et d’émotion surprise ingénue incroyable. Suicide ?…
A côté du cadavre, dans la voiture détruite, cabossée, et ensanglanté, gisait un petit paquet, que le coquin et insolent petit Gokudera n’aurait jamais le loisir d’ouvrir, sous les yeux doux de sa mère.

Do ; ré ; mi ; fa ; sol.

On lui avait demandé de jouer du piano devant tout le monde, à la réception. Paniqué ? Bien sûr que non ! Quelle idée saugrenue !…
Il entendait au loin, les échos de toutes ces voix inconnues qui se répercutaient contre les murs de la salle de piano. Des cliquetis de verres qui s’entrechoquaient, des rires, des bruits de talons contre les carreaux du sol noir et blanc. La rapidité de tous ces sons irréguliers rythmaient les battements de cœur du petit italien qui allait devoir montrer son talent et l’étaler à la vue de tout ces gens. Il n’osait même pas poser ses doigts contre sa poitrine, de peur de sentir son cœur s’en détacher à demi. Il n’avait pas peur, non. Il avait une confiance absolue en ses capacités. Il ne craignait absolument rien.
Quelques minutes plus tard, il marchait dans la salle, sous ces dizaines de regards qui le jaugeaient de la tête au pied, ce petit bout d’homme bien habillé et bien coiffé, en costume du dimanche pour l’occasion. Il entendait le bruit de son pouls en même temps que le bruit de ses propres pas sur le sol, et c’était une cacophonie insupportable, mais il avait confiance. Il allait leur montrer, à tous ces snobs. Il s’assit mollement derrière le piano, respira un grand coup, et tourna la tête vers la jolie jeune fille à la jupette en dentelles qui lui tendait, avec un de ses plus beaux sourires, un plateau de gâteaux, l’invitant à se servir.
Il aurait sans doute mieux fait de ne pas y goûter. Sa vision était devenue plus floue que celle d’un myope, et le monde entier semblait tourner devant ses yeux ; c’était une sensation détestable, qui lui donnait le mal de mer et le mal de l’air en même temps, tordant son estomac et altérant sa vision et sa réflexion ; son expression ne devait pas non plus être sa plus belle, et il n’osait même pas écouter les sons qui provenaient du piano tandis qu’il jouait quand même, malgré son état.
Le son des applaudissements lui parut presque irréel.
On lui fit remanger des gâteaux préparés par sa grande sœur Bianchi un nombre incalculable de fois, pour préserver son talent avant-gardiste. Mais entre temps, son corps se déréglait totalement. Il n’était pas difficile de comprendre pourquoi plus tard, la simple vue de sa sœur suffisait à faire remonter en lui toutes les réminiscences de ces empoisonnements incessants auxquels sa famille le soumettait.

Si bémol ; do ; ré ; mi.

Des journées dans le soleil de l’Italie. Des journées à vivre dans la musique, le poison, les bêtises de gamin, et l’apprentissage du monde de la mafia.
Il avait voulu en faire partie, sans la moindre hésitation.
Que lui avait-on répondu ?
« On ne veut pas de métis dans la mafia ! » « Pas de bâtards parmi nous ! » « C’est ça, garde donc tes regards noirs pour toi, aucune famille ne voudra jamais de toi ! »
Des yeux innocents et grands ouverts à toute la vilenie du monde, son regard était devenu plus sombre, plus adulte, tout comme son attitude et sa façon de se vêtir. Tout en lui traduisait son désaccord avec les règles de la mafia et son envie de rébellion, son envie de se faire remarquer malgré tout.

[ … ]

Dynamite, 9eme parrain, querelles de famille, le nom de la famille Vongola, dynamite, l’héritier au poste de parrain…

[…]

Et puis il y avait eu Reborn. Et puis il y avait eu Tsunayoshi Sawada.
Sous prétexte de vouloir être le dixième parrain, Gokudera vécut cette rencontre comme un changement primordial ; il avait découvert la personne qu’il allait admirer, respecter, protéger, et suivre loyalement en la personne de Tsuna, contre qui il avait perdu après l’avoir sous-estimé. Ce n’était pourtant pas un changement si radical d’attitude ; le garçon avait toujours été du genre passionné. Que ce soit en bien ou en mal. C’était décidé : il serait le bras droit du dixième du nom, et personne d’autre, et pas autrement. Il avait un but ultime dans la vie maintenant, et il faisait partie d’une des familles les plus respectées dans la mafia. Un sourire insolent parcourait parfois son visage, quand, dans ses instants de solitude, il repensait aux commentaires désagréables des hommes de son père.

Ensuite il y avait eu tous les autres, Takeshi Yamamoto, Sasagawa Ryohei, Kyouya Hibari, et toutes les autres personnes que Reborn exigeait voir rejoindre la famille Vongola. Décidément, Gokudera ne pouvait rêver mieux.

Ah si, il pouvait, en fait. Si seulement c’était en lui que Tsuna faisait confiance et pas en Yamamoto, LA, ce serait le rêve. Mais au final, maintenant, il lui suffisait de regarder devant lui, vers l’avenir. Le petit pianiste était devenu un véritable mafieux. Ou presque.

Do ; ré ; mi.

Clic-BOOM.

~~~

_________________
Bras Droit du Juudaime

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfiction.net/u/965492/Kaori-same
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Gokudera Hayato ||terminée||   Mar 2 Déc - 13:04

Alors, alors... Que dire...
J'adoreuuuuuuuuh ta fiche XD
Donc je la valide, je la re-valide et je la re re valide Cool
Bon zeu parmi nous Wink
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Gokudera Hayato ||terminée||   

Revenir en haut Aller en bas
 
Gokudera Hayato ||terminée||
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Période d'essai terminée : Gray
» Un Champagne Millésimé - Chasse terminée
» BDI (break a durée indéterminée)
» Baptème de GIL et BZEUH [Terminé]
» Baptême de Laiiyla [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Katekyo Hitman Reborn :: ● Beginning ● :: Fiches validées-
Sauter vers: